• Catherine Lenne

Le latin, une langue morte ?


Le mimosa d'hiver, ou mimosa des fleuristes, fleurit en Méditerranée en plein hiver. C'est un arbre aux feuilles très découpées, aériennes, et aux petites fleurs en boules jaunes, pompons ensoleillant l'hiver. Mais le mimosa porte bien mal son nom... Car ce mimosa est en réalité un Acacia, de son nom scientifique complet en latin Acacia dealbata (il appartient à la famille des Fabacées).


Le nom scientifique d'une plante est toujours en latin, composé de deux mots, comme le popularise Carl von Linné, naturaliste suédois, au XVIIIème siècle. Pour désigner les espèces vivantes, il impose la dénomination binomiale, en latin. "Binomiale" signifie "à deux noms" : le premier est le nom de genre, écrit avec une Majuscule (ici Acacia) et le deuxième est celui de l'espèce, écrit avec une minuscule (ici, dealbata), le tout en italique.

Le petit nom français de "mimosa" est son nom usuel, dans nos campagnes. On l'appelle le nom vernaculaire (du latin vernaculus = indigène, désignant ce qui est du pays, local). Et les noms vernaculaires, les noms français, ne sont pas très fiables... Ici, par exemple, on vient de découvrir que le mimosa est en réalité un Acacia, pas un mimosa !


Mais alors, si le mimosa n'est pas un mimosa mais un Acacia, qui est donc l'acacia, cet arbre bien connu des gourmands qui forme de belles grappes de fleurs crème et parfumées au printemps, dont on fait les délicieux "beignets d'acacia" ? (pour une recette, voir ICI ...)

Encore un nom usurpé, car cet "acacia" est en fait un Robinia ! De son nom scientifique complet Robinia pseudacacia (ou pseudoacacia). Il appartient à la même famille que le mimosa précédent (Fabacées). C'est donc un robinier (son petit nom usuel...) plutôt qu'un acacia ! Il a été introduit en France en 1601 par Jean Robin, le jardinier du roi Henri IV. Pseudoacacia signifie "faux-acacia", car l'arbre ressemble, par ses épines robustes et ses feuilles découpées en folioles, aux acacias épineux d'Afrique ou d'ailleurs.

Des acacias épineux ? Ah oui, les célèbres petits arbres qui poussent dans les zones semi-désertiques et dont les feuilles rares et précieuses finissent sous la dent des antilopes, chèvres et autres koudous affamés ! Eux, c'est sûr, ce sont bien des acacias ! Et bien non... le latin a encore parlé... ces acacias-là sont des Vachellia tortillis... Encore raté !



Résumons-nous. Le mimosa des fleuristes est un Acacia, l'acacia est un Robinia (ou un Vachellia). Donc le vrai mimosa n'existe pas ? Si, bien sûr ! Un vrai Mimosa est par exemple la sensitive, si pudique que lorsqu'on lui caresse le bout, ses folioles se replient à la vitesse de l'éclair (Mimosa pudica, famille des Mimosacées - très proche de celle des Fabacées).


Ouf ! Cette fois, on a fait le tour. On retiendra que le mimosa n'est pas un Mimosa mais un Acacia, que l'arbre acacia n'est pas un Acacia mais un Robinia (ou ailleurs un Vachellia), et que le vrai Mimosa existe, c'est la sensitive... Bref, les noms français, vernaculaires, sont un peu fantaisistes et pour s'y retrouver, rien ne vaut les noms latins qui sont les seuls ayant une valeur scientifique ! Et ces noms latins n'ont pas de frontière, ils sont utilisés partout dans le monde. Qu'on se le dise, le latin n'est pas tout à fait une langue morte puisqu'il reste parlé partout, par tous les naturalistes de la planète !



Planche de Mimosa pudica : Francisco Manuel Blanco (O.S.A.) — Flora de Filipinas [...] Gran edicion [...] [Atlas II]
Planche de Acacia dealbata : P. Mouillefert, Traité des arbres et arbrissaux, Atlas: t. 12 (1892-1898)
Planche de Robinia pseudo-acacia : Illustrations des plus beaux, des plus exotiques arbres et arbustes, J.C. Krauss (1840)
Carl von Linné 1707–1778, portrait de Alexandre Roslin, 1775, Nationalmuseum.
Crédit photo Vachellia tortillis : Haplochromis — Travail personnel. CC BY-SA 3.0

219 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout